Mode d'emploi | Premier texte | Derniers textes

vendredi 08 septembre 2006

L'autre Bali... Lombok

depart
Nous partons de Ubud à 11h pour rejoindre les Gili, îles appartenant à Lombok et se situant à l'Ouest de celle-ci. Nous rejoignons Padang Bai pour prendre un vieux rafiot qui nous conduit après 5h de traversée à Gili Trawangan.

Alors que le début de la traversée se passe à merveille, mer d'huile à l'horizon (nous quittons la côte de Bali et voyons droit devant nous les collines de Lombok), la fin, je la passe alongée sans plus bouger de peur d'être malade.

Le vent s'est levé et ça bouge beaucoup plus. Je ne suis pas tres fière et le pire est l'odeur de pâte de crevette quand nous débarquons! Je ne suis finalement pas malade mais n'ai rien pu manger le soir même!

Gili Trawangan est la plus grande des 3 îles Gili, on en fait le tour en moins de 2h à pied. Les plages de sables blancs sont recouvertes de coraux morts rejetés par la mer.
Arbre

Bateau

Eboueurs
(Les éboueurs de l'île)
Etoile
(Une étoîle de mer)

Guerite

Horizon
L'île est entourée de récifs qui interdisent l'accès à l'océan dès la marée descendante. Juste une petite bande de plage offre la possiblité de profiter de la tièdeur des eaux transparentes.

Le long de la plage, les restaurants et les bars se suivent et la moitié des bâtiments du village sont des logements pour touristes. Nous sommes en fin de saison et l'île est calme.

Les seuls véhicules terrestres sont ici des charrettes tirées par de petits chevaux. Cependant nous dormirons très mal. La faute aux coqs, poules, chats, geckos qui ont composé une symphonie chaotique nocturne laissant peu de place au silence.
Ici, nous sommes en terre musulmane et pourtant à quelques kilomètres de la très hindouiste Bali. Accompagnant le coq dans sa tache de réveille-matin, le muezzin entonne le rappel des fidèles dès le premier rayon de soleil.
 

Nous quittons ce coin perdu exténués mais ravis et rejoignons notre premier point de chute, Kuta, afin de flâner parmi les multiples boutiques de souvenirs. Nous y passons nos deux derniers jours.

En oubliant le temps, les rencontres sont exaltantes. L'île est bien un coin de paradis comme le conte certaines légendes locales.
Bateau Perama
(Notre rafiot)

Plage

Plage2
Plage3

Sev

Stef
Un paradis vert maintenus hors des flots turquoises par des milliers de cerf-volants. Certains font la taille d'un mini-bus, d'autres jouent avec les nuages et la plupart sont très colorés et restent des semaines dans les airs accrochés à des arbres.

L'île est aussi le royaume de la glisse. Pas vraiment notre spécialité ! Des hordes de surfeurs se jettent à l'assaut des rouleaux écumants et effrayants avec plus ou moins de succès. Encore une raison de ne pas se baigner...
Bali est pleine de richesse et nous a tant séduit que nous avons prolongé notre séjour d'une semaine.

Nous la quittons avec l'impatience de faire de nouvelles découvertes au pays des kangourous mais aussi avec un petit regret de s'éloigner de cette terre où nous nous sentions bien...
Stef dans la mer

Bateau

lundi 04 septembre 2006

Coeur balinais

depart

Nous nous décidons à louer une voiture avec chauffeur pour parcourir le centre et le nord de Bali pendant 4 jours. Nous découvrons des paysages superbes, collines surplombant des rizières, des étendues recouvertes de laves de la dernière éruption volcanique datant de 1994 et des plages de sable noir dans le Nord.

En chemin, nous nous arrêtons aux sources chaudes de Banjar. Après avoir savouré un bain tiède un peu sulfurisé, nous nous apprêtons à repartir.  
Bratan
(Temple de Danau Bratan)
Ecoliers
(La classe et leur professeur)
Lovina

Palmiers

Ombres
A ce moment-là, une vingtaine d'élèves d'une classe des  environs arrivent aux sources. Les enfants sont ravis de profiter de l'endroit. Ils ont remporté un prix et leur cadeau est une journée aux Sources.

Nous demandons à leur professeur si ca peut l'intéresser que nous prenions quelques photos et lui envoyer ensuite à l'école. Il est ravi, nous nous retrouvons donc à jouer les reporters. C'est génial! Nous devons maintenant attendre d'être en Australie pour les faire imprimer sur papier photo et leur envoyer. C'était une rencontre très sympa et inattendue.
Notre escapade balinaise se poursuit sur la côte nord de l'île. Tout comme presque toutes les plages de Bali, celles du nord ne sont pas tres enthousiasmantes pour se prelasser au soleil et faire une petite baignade. Le sable y est noir, les squellettes de coraux blancs ne sont jamais loins et les vagues peuvent être très impressionnantes.

Si nous nous imaginions des plages paradisiaques qui finalement n'existent pas a Bali, la beauté des paysages, l'authenticité des villages et la gentillesse des balinais en font un paradis fabuleux.

Temple

Preparation
Offrandes
(Préparation des offrandes)
Sel
(Préparation du sel)
CoucherSoleil
Notre chauffeur prudent s'est donné comme contrainte de ne jamais reprendre le même chemin ce qui nous ravît. La route emprunte parfois des chemins improbables. Ici surfant sur les coulées déchiquetées de pierre de lave sombre, là en équilibre sur une mince crête dominant l'océan sans fin d'un côté et des pans de montagnes couverts de rizières en terrasses de l'autre.
 

Nous finissons notre tour là où nous l'avons commencé dans la petite ville charmante mais très tourisitique d'Ubud.

Sources

Ruines

Temple 2

mercredi 30 août 2006

Au pays de King-Kong

depart

Nous partons de Kuta en bus local pour rejoindre Ubud. La route n'est pas si mauvaise mais le bus recrée à lui seul les trous ''non présents'' de la route! Après 1h de trajet et les fesses en compote, nous arrivons à bon port.

Ubud se situe au nord de Denpasar, la ville est entourée de rizières et de forêts. La région est superbe et nous suivons les recommandations de trajets à pied du Lonely Planet. Nous parcourons quelques kilomètres et nous faisons alpaguer par un Balinais nous demandant où nous allions.
Lotus

Porte

Riziere 2
Nous savons que nous sommes un peu paumés et décidons de le suivre. Nous marchons sur les étroits chemins à travers les rizières, traversons des habitations (il connaît beaucoup de racourcis) et surplombons les rizières terrasse à Sayan (quelques kilomètres à l'Ouest de Ubud).

Nous longeons la rivière Ayung et nous retrouvons au pied de sa maison. Il nous propose de s'arrêter quelque temps chez lui mais le jour tombant, nous souhaitons rentrer au plus vite. Il nous ramène donc en moto. Stef part avec notre guide, moi avec sa femme. En moins de 10 minutes nous voilà de retour en ville.

Au sud de la ville se situe un temple dont les seuls occupants permanents sont des macaques balinais. Du fait de la croyance des hindouistes en la réincarnation, toute forme de vie devient sacrée.

En effet, derrière le fascies impassible de ce petit singe se cache peut-être votre grand-oncle. Ce temple est en quelque sorte devenu un lieu dédié au respect des hommes envers ces petites créatures rusées. Parcourant les chemins de la forêt qui cerne le lieu de culte, nous avons ainsi cotoyé de nombreux macaques.
Riziere Plateau

Singe

Ubud 
Sayan
(Rizière plateau de Sayan)

Statue

Foret
(La forêt des singes)
L'un d'eux plus massif et un peu plus courageux sans doute que les autres, s'est fortement interessé à notre sac plastique contenant une bouteille d'eau, un guide et quelques broutilles. Je m'éloigne afin d'éviter de me faire dépouiller. Il me suit. Je surrélève le sac. Il se rapproche de moi dans l'idée sans aucun doute de me grimper dessus. Ce que ne plait guère et de toute façon, ce sac même en plastique m'appartient, il ne l'aura pas !

Je commence donc à balancer le sac afin de l'éloigner tout en l'empêchant de s'en saisir. Nullement intimidé, il me montre ces crocs. De longues dents blanches assez impressionnantes pour sa petite taille. Balançant le sac de plus en plus fort en sa direction, il finit par reculer d'un pas ; mais alors que je crois la partie gagnée et l'adversaire impressionné, profitant que je prenne subrepticement la tangente, il cours vers moi.
Je fais volte-face, me mets à lui hurler dessus et recommence à mouliner des bras. Mon sac lui raccourcit sa moutache et après m'avoir remontré les crocs et essayé de me contourner, il s'éloigne  finalement hors de portée et restant à l'affût.

Fuyant courageusement, nous rangeons l'objet de la convoitise dans notre sac à dos. Nous finissons notre visite avec  plaisir mais avec un peu de crainte. Nous fouillons du regard la végétation afin de ne pas nous faire surprendre par ces chenapans chapardeurs.

Voici donc comment nous domptâmes King-Kong !
Temple 3

Temple

Temple 2