Mode d'emploi | Premier texte | Derniers textes

mercredi 30 août 2006

Au pays de King-Kong

depart

Nous partons de Kuta en bus local pour rejoindre Ubud. La route n'est pas si mauvaise mais le bus recrée à lui seul les trous ''non présents'' de la route! Après 1h de trajet et les fesses en compote, nous arrivons à bon port.

Ubud se situe au nord de Denpasar, la ville est entourée de rizières et de forêts. La région est superbe et nous suivons les recommandations de trajets à pied du Lonely Planet. Nous parcourons quelques kilomètres et nous faisons alpaguer par un Balinais nous demandant où nous allions.
Lotus

Porte

Riziere 2
Nous savons que nous sommes un peu paumés et décidons de le suivre. Nous marchons sur les étroits chemins à travers les rizières, traversons des habitations (il connaît beaucoup de racourcis) et surplombons les rizières terrasse à Sayan (quelques kilomètres à l'Ouest de Ubud).

Nous longeons la rivière Ayung et nous retrouvons au pied de sa maison. Il nous propose de s'arrêter quelque temps chez lui mais le jour tombant, nous souhaitons rentrer au plus vite. Il nous ramène donc en moto. Stef part avec notre guide, moi avec sa femme. En moins de 10 minutes nous voilà de retour en ville.

Au sud de la ville se situe un temple dont les seuls occupants permanents sont des macaques balinais. Du fait de la croyance des hindouistes en la réincarnation, toute forme de vie devient sacrée.

En effet, derrière le fascies impassible de ce petit singe se cache peut-être votre grand-oncle. Ce temple est en quelque sorte devenu un lieu dédié au respect des hommes envers ces petites créatures rusées. Parcourant les chemins de la forêt qui cerne le lieu de culte, nous avons ainsi cotoyé de nombreux macaques.
Riziere Plateau

Singe

Ubud 
Sayan
(Rizière plateau de Sayan)

Statue

Foret
(La forêt des singes)
L'un d'eux plus massif et un peu plus courageux sans doute que les autres, s'est fortement interessé à notre sac plastique contenant une bouteille d'eau, un guide et quelques broutilles. Je m'éloigne afin d'éviter de me faire dépouiller. Il me suit. Je surrélève le sac. Il se rapproche de moi dans l'idée sans aucun doute de me grimper dessus. Ce que ne plait guère et de toute façon, ce sac même en plastique m'appartient, il ne l'aura pas !

Je commence donc à balancer le sac afin de l'éloigner tout en l'empêchant de s'en saisir. Nullement intimidé, il me montre ces crocs. De longues dents blanches assez impressionnantes pour sa petite taille. Balançant le sac de plus en plus fort en sa direction, il finit par reculer d'un pas ; mais alors que je crois la partie gagnée et l'adversaire impressionné, profitant que je prenne subrepticement la tangente, il cours vers moi.
Je fais volte-face, me mets à lui hurler dessus et recommence à mouliner des bras. Mon sac lui raccourcit sa moutache et après m'avoir remontré les crocs et essayé de me contourner, il s'éloigne  finalement hors de portée et restant à l'affût.

Fuyant courageusement, nous rangeons l'objet de la convoitise dans notre sac à dos. Nous finissons notre visite avec  plaisir mais avec un peu de crainte. Nous fouillons du regard la végétation afin de ne pas nous faire surprendre par ces chenapans chapardeurs.

Voici donc comment nous domptâmes King-Kong !
Temple 3

Temple

Temple 2

jeudi 24 août 2006

Le reveil des routards

depart

Nous prévoyons un retour en douceur à notre mode de vie routard. Notre premier hébergement à Bali sera à deux pas de la plage la plus touristique de l'île (Kuta) et comprend une grande piscine pour pallier à la fraîcheur relative de la mer. La réadaptation est en bonne voie. Nous payons moins de 15 euros la nuit avec petit-dej !

Nous retrouvons également l'éprouvante labeur du cyber-globe-trotteur! Nous passons trois jours entiers à mettre à jour notre site. Nous nous réconfortons en trinquant chaque soir aux nouvelles pages mises en ligne sur la terrasse d'un café en bord de mer.
Bateaux

Coucher Soleil

Enfants

Papillon

Plage

Temple
Le harcèlement nous rappelle l'Inde sans que pour autant nous égalions le niveau d'exaspération atteint à Delhi ou à Jaipur. Le sourire en plus, les nombreuses solicitations deviennent plus supportables. Car les balinais ont le sourire facile. Ils sont joueurs et taquins. De nombreuses occasions nous donnent l'opportunité de rire avec eux.

Nous louons un scooter pour trois jours pour sillonner la région. Problème, il faut un permis. Sev qui en dispose, est aussi à l'aise sur un scooter qu'un zèbre (devenu mon animal favori depuis l'Afrique, d'où ces multiples références) sur une pirogue ! Et moi, bah, toujours pas de permis...
Mais deux heures d'attentes dans un poste de police de Denpasar et allègé de quelques billets, me permettent d'obtenir mon premier permis ! Chevauchant notre deux-roues, nous parcourons la campagne et les plages du sud de Bali. Cela permet à Sev de faire un rapide repérage shopping !

Pour le moment, je n'ai fait que regarder, mais nous hésitons entre la location d'un container de 2 mètres cube ou un simple envoi de 5 kgs...
Nous y réflechissons mais nous nous interrogeons pour savoir si le container ferait bon effet sous le barnum du jardin de mes parents!
 

Transport

Stef

Wahoos
(Notre escapade en scooter)
Riziere

Rue
Sinon ce que Stef oublie de préciser concernant la conduite à Bali est le petit "pourboire" que l'on doit donner de temps en temps à la police balinaise. Heureusement pour notre part, ce n'est arrivé qu'une fois et nous n'avons versé qu'une modique somme de 50 000 Roupies (soit un peu moins de 5 euros).

En revanche, ça nous a bien dissuadé de louer une voiture seuls! Après une semaine à Kuta, nous prenons le bus pour s'enfoncer dans les terres, direction Ubud.

lundi 14 août 2006

Semaine paradisiaque

depart

Au cours de notre tour du monde, mes parents nous ont proposé de les rejoindre à l'Ile Maurice pour fêter mes 30 ans.

Autant dire que l'Ile Maurice ne s'inscrit pas vraiment dans un voyage tour du mondiste! Mais c'est une occasion à ne pas rater, retrouver mes petits parents dans un endroit de rêve!

Nous passons donc une semaine à se dorer la pilule dans un cadre paradisiaque. Mes parents nous font encore une belle surprise, nous logeons dans le même hotel qu'eux.
 
Famille

Mer

Sev
Nenuphars
(Pamplemousse)
Paradis
C'est la première fois que je vois un endroit aussi luxueux. Nous avons l'impression de vivre les pages "charme exotique" du magazine "Elle Deco". Ceux et celles qui lisent ce magazine comprendront ! C'est tout simplement magnifique.

Nous faisons tout de même une excursion d'une journée pour voir Pamplemousse et ses célèbres nénuphars, découvrons le musée de "L'aventure du Sucre" et allons déjeuner chez des amis de mes parents à côté de Grand baie (autre petit coin de paradis avec la maison donnant sur la plage).

Profitant de toutes les activités qui s'offrent à nous, Stef m'offre mon baptême de plongée. Je suis un peu paniquée de ne pas savoir comment respirer surtout que toutes les explications sont en anglais.

Mais finalement, je me sens comme un poisson dans l'eau. J'ai adoré et ne rêve que de recommencer.

Comme toute bonne chose a une fin, nous repartons au bout d'une semaine. Tout est passé très vite, trop vite. Je reverrais mes parents dans 3 mois et demi maintenant...
Plongee
Marche sous l'eau
Poisson
(Vingt mille lieues sous les mers)
Encore un grand merci à mes parents pour cette semaine de rêve.

Arbres

Plage

Stef

Palmier

samedi 05 août 2006

Du vin, des fleurs et la baleine !

depart

Nous arrivons en Afrique du Sud par Springbok à 6h du matin. Comme il fait encore nuit, nous attendons dans la station service de la ville que le jour se lève.

Ce n'est pas l'endroit rêvé pour se reposer mais nous n'avons que moyennement le choix étant donné les problèmes d'insécurité en Afrique du Sud.

Nous partons à la découverte de la ville et à la recherche d'une location de voiture à 7h30. Nous n'avons pas l'impression que beaucoup de touristes s'arrêtent dans cette ville. Tout le monde nous dit bonjour et rigole à notre passage.

Nous restons finalement une journée à Springbok avant de prendre la route pour rejoindre le Cap quelques jours plus tard.

Vue Du Ciel
(Quartier de Johannesburg vue du Ciel)
Cap

Cap2
(Le Cap de Bonne Espérance)
Champs
Fleurs
(Le Damaraland)
Maison
(Vignoble)
Mer
Nous prenons la route des écoliers, nous arrêtant dans des "Bed & Breakfast" au fur et à mesure de notre chemin. La route est magnifique bien que dangereuse du fait des autres conducteurs. Mais les paysages sont surprenants.

C'est ici, le printemps et les fleurs s'épanouissent et recouvrent les collines de tapis orangés, jaunes, bleus, violets ou blancs sur des hectares.


Plus au sud, nous passons d'un paysage de montagne avec des lacs comme en Suisse puis croisons quelques minutes plus tard des orangeries comme en Espagne et continuons sur la route des vins. Tout cela sur quelques dizaines de kilomètres.
Sur la route des vins, nous trouvons un vignoble loin de la route où nous savourons le calme dans cet endroit reculé. Nous partons le lendemain pour Hermanus sur le littoral où Stef a la chance d'apercevoir une baleine au moment où je tourne la tête.

Pas de chance car nous restons près d'une heure mais le vent s'est levé et il est impossible d'en revoir.

Nous rejoignons Cape Town la veille de partir, nous sommes un peu déçus par la ville car c'est inanimé. Nous sommes choqués de plus par les inégalités de ce pays.
Montagne

Oiseaux

Paon
Paysage

Avion

Route
Nous longeons des bidonvilles sur plusieurs kilomètres et quelques kilomètres plus loin, nous longeons des demeures plus splendides les unes que les autres. Nous avons l'impression d'être sur la côte d'Azur entre Cannes et Antibes! C'est vraiment choquant.

Nous allons à la pointe de l'Afrique du Sud, au cap de Bonne Espérance. Nous sommes à la rencontre de deux océans: l'Océan Indien et l'Océan Atlantique. C'est la pointe sud-ouest de l'Afrique. C'est étonnant.

Nous partons le lendemain matin pour l'Ile Maurice rejoindre mes parents. J'ai trop hâte!