Mode d'emploi | Premier texte | Derniers textes

vendredi 31 mars 2006

De retour à Yangoon

depart
Nous quittons la Birmanie après 3 semaines d'enchantement. Tout a été rassemblé pour que nous passions un séjour inoubliable.
galaungsan
(Général Aung San)

bouddha lunette
(Bouddha aux lunettes)

gargotte
(Gargotte)
Sur la route de retour de Bagan à Yangoon, nous nous arrêtons à Pyai. Là se dresse, sur la place principale, une statue du général  Aung San.

Celui-ci a commencé à
établir les fondements de la Birmanie indépendante mais a été assassiné en 1947 juste avant cette Indépendance. Sa fille est aujourd'hui le leader du mouvement pacifiste de l'opposition à la Junte.

Cela nous rappelle qu'effectivement la dictature est bien présente dans le pays.

Tin nous parle tous les jours des manifestations en France. Il est étonné (voire émerveillé) que nous puissions manifester sans problème et nous dit que dans son pays, il n'a pas le choix, il suit! C'est sûr, ça fait réfléchir!
De retour à Yangoon, ma joie de retrouver cette ville est stoppée net par ma deuxième "turista" depuis le début du TDM. Et puis là, je reste deux jours au lit avec de la fièvre.

Heureusement que Docteur Stef s'occupe bien de moi. Ayant oublié le thermomètre dans une chambre d'hôtel en Inde, Stef se retrouve à aller en acheter un à 20h! Et grâce au "Point it" de Deborah, car même avec son plus bel accent anglais, il ne se fait pas comprendre.

gens
ombrelles
(Rue de Yangoon)
pont bois
(Pont de Bois)
grandbouddha
Etant toujours un peu malade, je n'ai même pas peur en prenant l'avion qui nous ramène en Thailande.

Pourtant il n'est pas très grand (46 sièges) et surtout c'est un avion à hélices.
Je m'attendais à ce que notre sortie du territoire soit une véritable épreuve: vérification de nos bagages, de nos photos, etc., mais absolument pas, on sort comme on n'est rentré avec le sourire d'un Birman!

lundi 27 mars 2006

Bagan

depart
Bagan, tout simplement magnifique. Nous sommes restés deux jours entiers mais sommes partis à regret. On peut facilement y rester 3/4 jours pour visiter en prenant son temps.
bouddhadebout
leverpagodes5

leverpagodes1

coucherpagode1
Le site est classé au patrimoine mondiale de l'Unesco. C'est une étendue de pagodes anciennes, certaines vieilles de 1000 ans.

On ne sait plus où donner de la tête tant il y a de choses à voir. Nous passons une journée à explorer le site avec Tin en voiture mais le deuxième jour, nous louons des vélos et partons à 6h30 pour le lever du soleil.

C'est magique. D'une part, il n'y a personne et d'autre part, toutes ces pagodes à perte de vue, sous les premiers rayons du soleil sont un enchantement pour les yeux! 
Nous passons de pagode en pagode pendant plusieurs heures puis lessivés et abrutis par le soleil (nous avons peur de l'insolation), nous prenons le chemin de l'hôtel.

Nous repartons vers 16h30 pour le coucher du soleil.

leverpagodes2leverpagodes7

bouddha2
(application de feuilles d'or)
bouddha1
coucherpagodes2
leverpagodes4
Comme nous repartons le lendemain, nous négocions avec Tin pour qu'il nous emmène le lendemain voir le lever du soleil sur l'une des pagodes que nous avons repérée.
C'est génial, le maître des lieux, celui qui détient la clé, nous attend le lendemain à 6h avec des bougies pour monter par les escaliers sombres au sommet de la pagode.

Nous sommes seuls et le soleil n'est pas encore là.
coucherpagodes3
leverpagodes3sev stupa
leverpagodes6sev couchersoleil Nous reprenons la route quelque temps après, silencieux, se remémorant ces deux journées incroyables.

vendredi 24 mars 2006

Les plaines centrales

depart
Au petit matin, Tin nous emmène dans une vaste pagode de Mandalay et nous montre à cette occasion toutes les petites choses que l'on peut y faire (verser de l'eau sur des statuettes, frapper des cloches ou un gong, toucher des statues sacrées...).
Pour ma part ce sera l'occasion de poser des petites feuilles d'or sur un grand bouddha. Seuls les hommes étaient admis près de cette statue. La femme bien qu'égal dans la société civile reste considérée comme impure par la religion. Cependant certaines statues restent accessibles aux femmes.
Stef Or

(Pose de feuille d'or)
Les hommes se pressent donc en fil indienne afin de déposer délicatement de très fins petits carrés d'or livrés entre deux feuilles de papiers, que l'on achète à l'entrée des pagodes. On y dépose généralement une dizaine de feuilles puis on effectue une courte prière.
Après la chaleur de Mandalay, notre parcours nous ramène vers les montagnes dans une ville nommé "Pyin Oo Lin". En VF ça donne un truc du genre "Piniouline"... En dehors de son nom amusant, la petite ville est une station d'été renommée depuis l'époque coloniale. Son jardin botanique qui attire nombre de visiteurs présente en revanche très peu d'intérêts pour un européen. On y retrouve en effet de nombreuses plantes et arbres communes dans nos régions. C'est décevant ! En plus, les prix sont prohibitifs. Bref, nous sommes franchement déçu par cette étape. Tin est déçu de nous voir ainsi contrarié. Il organise alors un diner chez l'une de ses amies afin de nous faire découvrir un repas typique. L'idée nous enchante et nous décidons donc de passer la nuit sur place plutôt que de redescendre sur Mandalay comme nous l'avions envisagé un instant.

Nous avons donc pris notre repas du soir chez cette amie. Elle vit avec ces soeurs et sa mère dans une maison modeste de la périphérie. Nous n'étions que tous les trois à manger ; nos hôtesses se contentant de nous servir. C'est l'usage en Birmanie. Nous avons passé ensuite le reste de la soirée à tenter de dialoguer en anglais avec l'une des soeurs qui était ravi de pouvoir échanger quelques mots pour la première fois avec des étrangers.
arbre mauve

Fleur

cygne
(Pyin Oo Lin)


defile

Entrée camp
(Ecole d'officiers á Pyin Oo Lin)

portrait enfant
Le lendemain, nous avons repris la route pour nous rendre à Bagan. En cours de chemin, nous nous sommes arrêtés dans une pagode célèbre pour les trois pythons qui y vivent. Le but du jeu pour tout bouddhiste consiste à toucher l'un des gros reptiles, à faire une petite prière sans oublier de déposer un billet dans l'une des nombreuses urnes.
Stef Tin et le serpent


Sev et le serpent
Tin nous entraine donc dans ce rituel. Mouais, bah, c'est tout mou un serpent ! Et puis quand il dort, c'est pas si impressionnant que ça. Sev s'en approche une premiére fois puis brusquement tourne les talons et s'éloigne rapidement des reptiles qui sommeillent autour du bouddha. L'heure du déjeuner approche pour les animaux. C'est pas très rassurant. Quelques instants après, Sev y retourne et parvient à éffleurer l'un des bestiaux. Elle y prend même goût et recommence même pour la photo.
Les hommes se pressent donc en fil indienne afin de déposer délicatement de très fins petits carrés d'or livrés entre deux feuilles de papiers, que l'on achète à l'entrée des pagodes. On y dépose généralement une dizaine de feuilles puis on effectue une courte prière.
Après ces rencontres amicales, nous repartons pour une longue route de terre. Le paysage devient de plus en plus désertique, le soleil est accablant et le réservoir de notre auto se vide... N'ayant presque plus d'eau, nous nous faisons une petite frayeur que l'approche d'une petite ville dissipera aussitôt. L'essence est rationné et son prix est prohibitif au marché noir. Nous finirons notre journée avec la jauge au plus bas.
Dans l'après-midi nous visitons le mont Popa. Un pic dont le sommet est occupé, vous l'aurez deviné par une pagode. Nous grimpons les 700 marches sous les regards, à l'affût d'une aubaine, de dizaines de singes. Après plusieurs heures de voitures, ça réveille bien les muscles.
Comme au Maroc
(Un petit air de Maroc !)

Singe Penseur

Mont Popa
(Mont Popa)


Recolte Avant d'arriver à destination nous pouvons observer des colonnes de chars boeufs venant remplir les citernes d'eau qu'ils transportent et la récolte de la sève de palmier qui donnera un alcool ou des bonbons ; j'ai beaucoup apprécié les deux !
Appro EauAppro EauPorteuses d'eau

jeudi 23 mars 2006

Mingun - Mandalay

depart
Aujourd'hui, journée intense. Tin nous a donné RDV à 8h30.

Etant donné que nous avons un bateau à prendre à 9h, pas question d'être en retard.


Donc pour la 1ère fois depuis le début de notre tour en voiture, nous avons été à l'heure!!! Tin n'en revenait pas!

Nous sommes allés à Mingun à bord d'un bateau à moteur. Initialement, nous devions faire la visite de ce village uniquement tous les deux mais Tin semblait être intéressé de nous suivre.

Nous avons donc embarqués à trois sur le bateau! Tin était comme un gamin, ravi de faire la traversée bien qu'un peu flippé car il ne sait pas nager!
cuisine

bateaubusdetailmonastere
palaisbuffle

wahoos1

toits
(Pagode)
arche
bois
enceinte
Avant tout ce qui est à voir à Mingun est la pagode géante commencée mais jamais terminée.

Nous sommes montées sur la partie construite mais en ruines.
 

C'était tout de même assez dangereux car depuis un tremblement de terre majeur dans les années 70, l'édifice s'effrite petit à petit.

Nous avons d'ailleurs vu une partie du batiment se casser sous nos yeux. ca surprend!


Nous assistons au début de la fête donné en l'honneur des novices. Nous n'aurons malheureusement pas le temps de tout voir.

char
fetenovicepagodelunette
(fête des novices à Mingun)
stupasinterieur
pagodetqblette
(Mandalay)
petitevendeuse
(Petite vendeuse)
Nous avons consacré notre après-midi à la visite de Mandalay (palais, monastère et pagodes) et avons vu le soleil se coucher sur les pagodes à partir de Mandalay Hill.

mercredi 22 mars 2006

Aux Alentours de Mandalay

depart
logement
portraitmoinesbol
(Déjeuner des moines)

monasterebois
Nous avons commencé notre découverte de la région par les alentours de Mandalay en explorant les cités anciennes (Amarapura, Inwa et Sagaing). Ce sont des anciennes capitales de royaumes birmans.

Maintenant que nous sommes revenus dans les plaines, la chaleur est accablante, la température atteint les 40ºC.

Nous sommes bien contents d'avoir mis du temps mais d'avoir trouvé notre hôtel avec Air conditionning!

Les problèmes d'électricité sont bien présents ici aussi. En fait, ils ont de l'énergie un jour sur deux et des générateurs à essence prennent le relais le reste du temps.

Ce qui fait que les guest house ont rarement la clim. vu le coût d'un générateur pour le pays.


Après la visite de la fabrique de feuilles d'or pour recouvrir les bouddhas, nous sommes allés voir déjeuner des moines à Amarapura.

Nous avons été un peu gênés par cette situation. En effet, plusieurs dizaines de touristes attendent de voir arriver des centaines de moines pour prendre leur déjeuner.

On avait un peu l'impression d'être dans un zoo même si ca valait tout de même le détour!

travailor
travailor2
(Travail de l'or)

monastbois1
(Monastère)

peinturedetailpagode
cariolebateauvache
(nos transports)

teashop
(Tin et Sev au TeaShop)

chinthesteftemple
(Chinte / Stef)
Nous sommes ensuite partis pour Sagaing où le point de vue de la colline sur les centaines de pagodes et monastères du site est impressionnant.

Nous avons découvert Inwa en traversant la rivière en pirogue où étaient transportés en même temps, boeufs, courses et personnes. Cet endroit se visite en cariole à cheval.

C'était un peu "tape cul" mais bien sympathique pour explorer un tel lieu, gardant ainsi le cadre rustique du village.

Pour finir cette belle journée, nous avons vu le coucher du soleil sur le U Bein's bridge à Amarapura, en parcourant les 3/4 kms qui séparent les 2 rives du lac et où se promènent quotidiennement les moines. ponton
moinesponton2

mardi 21 mars 2006

Les grottes de Pindaya

depart
Là je le sens mal ! J'ai encore le souvenir de cette grotte sans intérêt et au parcours suicidaire au fin fond de la Chine. 
Mais après une heure de route, nous découvrons un site surprenant. 3000 statues  dorées de Bouddha et quelques stupas remplissent une grotte où il semble parfois difficile de se frayer un chemin entre tous ces éléments.

Subjuguée par le lieu, je vous proposerai 45 minutes de film de Bouddha, pour ma part.

La plupart des statues portent les inscriptions faisant référence aux donateurs ayant permis sa réalisation. D'après notre Guide du routard, 10 à 20% des revenues des birmans sont consacrés á la religion. Avant d'y aller, nous avions du mal à le croire, mais nous avons pu constater tous les jours que cela ne semble nullement exagéré.
sunrise
sunrise
(Entrée grotte)
sunrise
sunrise
(Bouddhas...)
sunrise
sunrise
(Pindaya caves)
sunrisesunrise
(Sur la route)
En effet, les pagodes sont jonchées de boîtes en plexiglas, pour recueillir les dons, remplies de billets. Même si le plus gros billet est de 1000 Kyats (moins d'un dollar), cela reste impréssionnant.
Parmi ces boîtes qui ont toute une destination définie, figure une boîte pour chaque jour de la semaine (plus un jour "imaginaire" situé entre le mercredi et le jeudi et nommé "yahoo").
Chacun donne pour son jour de naissance et ceux de ces proches. A Chaque jour est associé un symbole animal.

Au cours de la visite d'une pagode, Tin, nous a offert à chacun un pendentif figurant notre animal. Pour moi il s'agit d'un rat (vendredi) et pour Sev d'un Chinthe (mardi). Une créature mi-lion, mi-dragon que l'on retrouve sous forme de statues, gardant l'entrée de toutes les pagodes.
Nous avons ensuite rejoint Mandalay par une route de montagne superbe mais très chaotique. Je n'étais pas spécialement rassurée et freinais des 2 pieds à chaque virage.

Et pour que ma peur reste bien présente, nous avons croisé notre premier serpent sur la chaussée qui devait faire près de 2 mètres de long mais qui s'est aussitôt éclipsé quand Stef est sorti de voiture pour le prendre en photo.
sunrise
sunrise
sunrise
sunrise Nous finissons notre trajet en longeant des rizières d'un vert éclatant et de vastes plantations de bananes.

lundi 20 mars 2006

Inle Lake

depart
Nous rejoignons Inle Lake par la route. Après avoir trouvé un hôtel de charme composé de bungalows sur pilotis bordant un canal, nous réservons notre tour en pirogue pour le lendemain matin au lever du soleil.

sunrise
(Sunrise)
pecheur
(Pêcheur au petit matin)
vilage2bungalow
prouefilage

echange
(Transaction au marché)
Notre guest house nous fournit un panier petit-déjeuner afin de profiter des premières heures moins touristiques d'un marché flottant.

A bord de notre pirogue à moteur doté d'ombrelles et de gilets de sauvetage perméables (Oups!!), nous atteignons un canal couvert d'embarcations remplies de produits locaux.

Déjà les barques de souvenirs bloquent l'entrée du marché et s'accrochent à notre embarcation faisant un bout de chemin avec nous.

Le marchandage et les tractations vont bon train et toute cette animation nous comble.

Durant la journée, nous parcourons ce vaste lac entouré de montagnes découvrant la vie de ce peuple.

Nous visitons quelques pagodes, bordant le lac, un monastère sur pilotis, de vastes villages lacustres et des ateliers (tissage de la soie et du lotus, fabrication de cigares, de pirogues,etc)

Nous concluons notre journée par une ballade parmi les jardins flottants. Ce sont des potagers affleurant à peine que les cultivateurs parcourent et entretiennent à bord de leurs pirogues.

Nous rentrons au soleil couchant et en plein milieu du lac, notre embarcation toussote et le moteur finit par rendre l'âme.
jardin
hommemarchemarche
(jardin et marché flottants)
detailstupa

village1ombrepagode
bateaupleinentreeallee

3femmes

stupas
(Stupas)
metierpagodeile
Quel ravissement de profiter de ce silence et de cette immensité à 5 kms de la rive sans aucune embarcation aux alentours.

Mais au fait, comment rentrons nous?

Notre guide a beau s'acharné sur le moteur, rien n'y fait et pas de rames à bord!

Le soleil disparaît derrière les montagnes et comme par enchantement, à ce moment même le vrombissement reprend. ouf! les nuits sont fraîches en plein milieu d'un lac de montagne.

Après 12h de bateau, nous remettons pied à terre avec un sourire de ravissement incrusté sur nos visages! wahoos

samedi 18 mars 2006

Trek à Kalaw

depart
Après deux journées passées dans la voiture, nous décidons enfin d'être un peu plus sportifs. Nous voilà partis pour trois jours de trek. Nous partons au petit matin en parcourant des chemins de terre battue qui sillonent les collines environnantes.
Nous croisons de nombreux villageois qui se rendent au marché de Kalaw avec leurs paniers remplis de fruits, légumes et feuilles de thé vert. En cette saison, les plants de thé se couvrent de petites feuilles "vert-vif".
Après 3 h de grimpe, nous profitions d'un magnifique point de vue pour notre déjeuner et sieste bien méritée dans un jardin très fleurie.
donation
(donation)
enfant
enfantsbuffles
(Enfants
et buffles)
train2
vendeusemakeup
(La gare)

village
billardmarche
(Le village)
La fatigue commence à se faire sentir dans les jambes durant notre descente de l'après-midi sous un soleil torride.

Nous rejoignons le village, qui nous hébergera pour la nuit, au coucher du soleil. Nous prenons un petit thé sur le quai de la gare qui accueille le dernier train de la journée. Notre guide, Mr Aung, un homme de 60 ans, fut maître d'école dans ce village. Il s'y sent comme chez lui.

Nous logeons dans une maison de bois typique et sommes accueillis avec la même gentillesse birmane que nous rencontrons depuis le début de notre séjour.
Nous nous éternisons à la table du dîner, dressée sur un blacon, profitant ainsi de la fraîcheur du soir et de nos hôtes. C'est pour nous l'occasion d'en apprendre sur la vie dans les montagnes birmanes et de découvrir la religion bouddhique.

Nos hôtes nous ont préparé une petite chambre simple mais douillette, éclairée à la bougie. La dureté de notre couchage et le froid de la nuit ont écourté notre sommeil.

Nous voilà donc debout à 6h30. La tandinite guette Stef et nous décidons de rentrer dans la journée à Kalaw.
paysage
(scène paysanne)

guide
(Hôtes et Guide)

kalawcuisine
(village et cuisine)

enfantsvillage
monastere
(monastère)
pontbambou

sechoirthe
(séchage du thé

pont

incendie
(Incendie)
Durant la matinée, nous traversons les rizières et des villages, où nous échangeons des sourires et des "good bye" avec les enfants.

L'après midi s'avère plus difficile et dangereuse alors que nous empruntons une route entre les feux de forêts que les militaires Birmans déclenchent pour débroussailler. La méthode est radicale et est utilisée fréquemment comme nous avons pu le constater en voyant s'élever de nombreuses colonnes de fumée dans les montagnes.
Ces méthodes barbares et l'abattage massif du pin et du teck ont réduit les forêts du Myanmar à de vastes étendues parsemées de jeunes arbres. On est bien loin de la Jungle! Les nombreuses devises que rapporte l'exploitation forestière n'enrichissent que la junte puisque l'exploitation particulière est interdite.
A ce sujet, notre chauffeur nous a rapporté la mesaventure d'un villageois condamné à 3 ans de prison pour l'abattage d'un arbre!

Nous terminons notre trek, éreintés, poussièreux et dégoulinant de sueur mais ravis. Que c'est bon une douche!

mercredi 15 mars 2006

Sur la route de Taungoo

depart
Nous voilà donc partis pour 15 jours à travers le Myanmar avec notre chauffeur "Tin" dans sa Toyota Break blanche des années 80.

Comme souvent depuis le début de notre périple, celui-ci disposait d'un petit livre d'or commenté notamment par des Français.

pick upox cart
charette
trishaw
bus
route
(Sur la route)
taxi
(Notre taxi)
pagode
(Pagode)
Nous nous sommes laissés séduire par la facilité de découvrir le pays sans la galère des transports.

D'après le peu que nous connaissions, les trains sont encore plus longs qu'en Inde et les bus locaux sont conduits pendant 15h par le même chauffeur, qui pour tenir éveillé, mastique du betel.

De plus, les routes nationnales sont, pour certaines, des chemins de terre cabossés. Nous optons rapidement pour la voiture.
La route entre Yangoon et Taungoo (notre première halte en dehors de l'ex-capitale) est une pure merveille.
Nous traversons des paysages de rizières, en découvrant un pays qui est resté authentique.
La récolte est telle que nous la pratiquions en France il y a bien longtemps.
ça y est, nous sommes sous le charme du pays.

ouvrierebrique
(Ouvrière à briques)

labour
(Char à boeufs)
teashop
(Teashop)

mardi 14 mars 2006

Yangoon - Shwedagon Pagoda

depart
Après l'introduction de Stef, voici quelques commentaires supplémentaires sans risque de censure.

La Birmanie est contrôlée par la dictature militaire depuis 1962. Ici autant dire que peu de choses sont autorisées et les informations filtrées. Les seules manifestations qu'il y a eues dans le pays ont fini dans un bain de sang.

Notre chauffeur n'a pas arrêté de nous parler des manifestations en France!

pagode2
pagode1pagodepeople

pagode bougiespagode cierge
pagode4pagode nuit
pagode7

pagode8pagode nuit 3
Les Américains boycottent le pays. Mais une fois sur place, le boycott ne se fait que très peu ressentir.

En effet, les produits tels que Coca Cola, Sprite, etc. arrivent par la Thaïlande ou l'Inde et puis il n'y a pas de réelle nécessité pour ces produits-là. De plus, ils font de très bonnes copies (ça, c'est autorisé!).
Nos premiers pas en Birmanie se sont faits avec Wizara, moine novice, qui nous a abordés en visitant la pagode Shwedagon. C'était un moment tout simplement magique, tant par le lieu (tout brille) que par la rencontre avec Wizara.

Nous sommes restés assis à discuter pendant des heures en face de cette pagode magnifique. Nous lui avons montré des photos de Paris et fait écouter de la musique (on a fait attention car certains artistes sont interdits en Birmanie tel qu'une chanson de U2).


C'étonnant d'être dans un lieu pareil et de partager des choses aussi simples.

pagode10pagode11
pagode12pagode13

stefwizara
pagode nuit 2
cours
(Cours de birman)
lac
(Lac Kandawgyi)
En arrivant en Birmanie, nous pensions que personne ne parlait Anglais, nous avons bien été surpris de constater que beaucoup de gens maîtrisaient très bien la langue.

Nous avons tout de même appris quelques mots et essayé au maximum d'échanger en birman. Ce sont sans doute nos meilleurs moments.

Sourires birmans

Depuis deux jours nous sommes en Birmanie. Ici, se connecter a Internet nécessite beaucoup de patience du fait de la lenteur et des nombreux refus d'accès à des sites. Heureusement notre site n'est pas encore censuré, ce qui nous permet d'écrire ces quelques lignes depuis Yangoon avant notre départ dans les terres.
Ce texte est un peu différent étant donné que nous n'avons pas les adresses mails de chacun en dehors de nos comptes mails habituels qui sont ici bloqués. Notre site est donc là l'occasion de garder le contact avec vous tous. Désolé si la mise en page de cette page est un peu différente; mais vraiment ce n'est pas simple dans ce contexte ! Nous rectifierons le tir depuis la Thailande quand nous saisirons la suite de nos découvertes.
Merci à tous pour vos commentaires et messages, continuez à nous en envoyer,cela nous fait tellement plaisir !

Nous avons atterri avant hier à Yangoon provenant de Bangkok. L'aéroport est un aéroport de province en plus ou moins bonne état. Contrairement à nos craintes, les formalités douanières ont été très rapides et simples.
Nous avons été tout de suite enchantés par la gentillesse des birmans. Ils sont toujours attentionnés et souriants. Nous sommes vraiment tombés sous le charme.
Nous avons pris le taxi juqu'à notre hôtel pour 5 dollars. Je crois que c'est un peu cher, mais notre chauffeur était sympathique, bon conducteur et sa voiture tout à fait correcte.
En effet, ici, même si le pays est boycotté par les américains, on peut payer presque partout en dollars. La monnaie locale (Kyat prononcer 'Tchiate') est même refusée dans certains cas. 1000 Kyat valent 1 dollar, sauf à l'aéroport ou contre votre dollar on ne vous donnera que 450 Kyats (belle commission !!!). Le plus gros billet est de 1000 Kyats. Donc forcément, on se ballade avec des poches pleines à craquer de billets. J'oubliais, ici pas de cartes bancaires, ce serait trop facile. Car en effet, Visa, MasterCard et Amex sont américains, donc cela ne fonctionne pas du fait du boycott...
Nous avons ensuite flâné dans les rues l'après-midi, et le soir nous nous sommes accordés un plaisir pas très local, il faut bien le reconnaître. Nous sommes allés dans un grand hôtel majestueux, de style birman (malgré tout), tout en teck, au bord d'un lac. Au son d'un petit orchestre, nous avons dégusté des cocktails confortablement...affalés... dans des fauteuils. Une ambiance un rien coloniale qui se transforme en féérie sous les nombreuses attentions et les sourires des birmans.
Après une longue nuit de sommeil, nous avons hier visité la pagode Shwedagon qui se trouve au coeur de Yangoon. C'est une gigantesque pagode de 88 mètres de haut, couverte de feuilles d'or. Elle prend des reflets magiques au coucher du soleil. Nous y avons rencontré un novice (futur moine) dans sa robe rouge sombre. Il souhaitait pratiquer son anglais. Etudiant en géographie et rêvant de poursuivre ses études à l'étranger, il nous a posé de nombreuses questions et nous a également fait partager son quotidien d'apprenti moine. Stade qui étant donné sa motivation, il ne dépassera probablement jamais... Ce fut une formidable rencontre.
Il nous a conduit dans une gargotte où nous avons déjeuné en sa compagnie. Pour sa part, il s'est contenté d'un jus d'orange car en sa qualité de novice, il ne mange qu'a 4 et 11 h du matin. Nous sommes restés en sa compagnie pendant 6 heures. Nous l'avons quitté bien après que le soleil ne se soit couché. La pagode était alors bondée, du fait de l'approche de la pleine lune et de festivités.

La suite, probablement pas avant une quinzaine de jours....

jeudi 09 mars 2006

Derniers instants en Inde

depart
Avant de quitter l'Inde, nous avons passé deux jours à Panaji, capitale de l'état de Goa. 

Je ne suis jamais allée au Portugal mais cette ville ressemble à l'image qu'on se fait du Portugal.

Ici les gens font la sieste, prennent l'apéro sur les balcons des petits immeubles colorés et les maisons sont d'un charme inégalé en Inde.

marchefruits
(marché aux fruits)
ruehotelvenite
(ambiance portuguaise)
marchand
marchepoissonsvilla panaji
La ville compte aussi plusieurs églises.

Nous avons passé nos deux journées à errer dans les rues, les marchés aux fruits et légumes et aux poissons (un peu plus difficile pour les odeurs mais j'ai tout de même réussi à tenir).
Nous avons aussi tenté un spectacle pour touristes (danse et musique goannaise), vous ne verrez aucune photo car à part, la traversée en bateau, le reste s'apparentait plus à une discothèque sur l'eau pour les Indiens.

Il n'y avait rien de traditionnel dans le spectacle, c'était plus de l'Art moderne!!
villa2
ferryND
bar
avion
Sinon on vous en avait parlé, nous l'avons donc photographié.

Tout d'abord, le bar KingFisher puis l'avion KingFisher.

Juste pour info, on ne trouve aucune bière à bord.


lundi 06 mars 2006

Goa

depart
Nous venons de trouver un petit coin de paradis. Nous avons suivi les conseils d'une serveuse rencontrée dans un bar à Paris, qui nous avait conseillés d'aller dans le Sud de Goa.

Nous sommes donc à Palolem, plage bordée de cocotiers et de cocohuts (huttes en feuilles de palmiers) pour logement!

C'est un endroit idyllique où nous sommes depuis plusieurs jours. Nos journées sont peu éprouvantes, si ce n'est que nous avons mis à jour notre site Internet (on ne vous dira pas combien d'heures on y a passé mais je pense que les deux cafés Internet où nous sommes allés n'ont jamais vu deux tels acharnés d'Internet!)
cocotiers
(vue du hamac)
huttescouchersoleil
(huttes et coucher de soleil)
wahoos
(Les bronzés)
bateau couchers du soleil
enfants eaubateau plages
(La plage)
Nous nous baignons et nous endormons bercés par le bruit des vagues! La belle vie en résumé!

Si il y a bien un lieu que nous recommanderions, c'est bien celui-ci. Les couchers de soleil sont superbes, surtout quand nous sommes encore entrain de nous baigner.
Nous avons passé notre première soirée autour d'un feu de camp sur la plage, avec en prime un petit concert à la guitare.
internet
(au travail)
plages cocotiers
huttes bout deplage
Aujourd'hui comme souvent, nous avons une coupure d'électricité générale qui dure depuis ce matin et devrait durer la journée. Hier, en plus des coupures quotidiennes, c'était également un jour de grève.
Eh oui, nous aussi on connaît des grèves!
Mais la seule véritable conséquence est de ne pas pouvoir avoir de café au lait ou de pancakes  par manque d'approvisionnement en lait! Trop dur!
vaches
(même sur la plage, elles sont là)